Je veux tout savoir

Vladimir Nabokov

Pin
Send
Share
Send


Vladimir Vladimirovich Nabokov (Russe: Владимир Владимирович Набоков (22 avril 1899-2 juillet 1977) était un romancier, critique et lépidoptère russo-américain. Il a écrit ses premières œuvres littéraires en russe sous le pseudonyme de Sirin, mais a pris une importance internationale en tant que styliste en prose anglaise magistrale.

Les œuvres les plus connues de Nabokov en anglais incluent Lolita (1955), un roman tristement célèbre qui défie les limites de l'histoire d'un homme d'âge moyen avec une fille de 12 ans et de la structure unique Feu pâle (1962). La fiction, la poésie et la critique de Nabokov sont informées par un jeu de mots intelligent, des détails descriptifs, des jeux de mots multilingues, des anagrammes et des monnaies de termes. Romancier d'une formidable érudition, Nabokov combinait satire et commentaire social avec des explorations complexes du temps et de la mémoire.

Les romans de Nabokov représentent une rupture nette avec les valeurs sociales et utilitaires qui caractérisaient la littérature russe au XIXe siècle, et en particulier le réalisme socialiste du XXe siècle. Nabokov a adopté une vision qui allait devenir de plus en plus populaire dans l'art et la fiction du vingtième siècle, à savoir la nature autoréférentielle du texte littéraire, son "extrait de réalité personnelle" et le rôle intrinsèquement collaboratif du lecteur. Écriture Conférences sur la littérature, Nabokov a déclaré que "le bon lecteur est celui qui a de l'imagination, de la mémoire, un dictionnaire et un certain sens artistique - ce que je propose de développer en moi-même et chez les autres chaque fois que j'en ai l'occasion."

Nabokov a construit des romans comme des énigmes. Le sien Feu pâle a été décrite par la critique Mary McCarthy comme "un jouet mécanique, un piège pour attraper les critiques, un jeu de chat et de souris, un roman de bricolage". À l'instar d'autres modernistes, Nabokov a examiné la vie contemporaine avec peu de référence à la tradition ou à un cadre moral conventionnel, estimant que la littérature n'avait aucun but éducatif ou moral, bien que la rigueur de l'entreprise littéraire puisse fortifier l'esprit. "Mes livres", écrit-il de façon provocante dans sa préface L'oeil, "sont bénis par un manque total de signification sociale."

Selon le critique Peter Quennell, "Nabokov, écrivain qui appréciait la vie et aimait et respectait l’humanité, était certainement un humaniste bienveillant dans la tradition de François Rabelais et de Montaigne.

La biographie

Fils aîné de Vladimir Dmitrievitch Nabokov et de son épouse Elena, née Elena Ivanovna Rukavishnikova, Nabokov est né dans une famille éminente et aristocratique de Saint-Pétersbourg, où il a également passé son enfance et sa jeunesse. La famille parlait russe, anglais et français dans leur ménage et Nabokov était trilingue dès son plus jeune âge.

La famille Nabokov a quitté la Russie à la suite de la révolution russe de 1917 pour le domaine d'un ami en Crimée, où ils sont restés pendant 18 mois. Après la défaite de l'armée blanche en Crimée, ils ont quitté la Russie pour l'exil en Europe occidentale. Après avoir émigré de Russie en 1919, la famille s'est brièvement installée en Angleterre, où Vladimir s'est inscrit au Trinity College de Cambridge pour étudier les langues slaves et romanes. Diplômé de Cambridge en 1923, il s'installe à Berlin où il acquiert une certaine renommée au sein de la colonie d'émigrés russes en tant que romancier et poète, écrivant sous le pseudonyme de Vladimir Sirin. En 1925, il épousa Véra Slonim à Berlin, où il vécut de 1922 à 1937. Leur fils, Dmitri, y naquit en 1934. À la fin des années 1930, Nabokov habitait à Paris.

En 1922, le père de Nabokov fut assassiné à Berlin par des monarchistes russes alors qu'il tentait de mettre à l'abri leur véritable cible, Pavel Milyukov, chef du Parti démocrate constitutionnel en exil. Cet épisode a clairement traumatisé le jeune Nabokov. Le thème de la mort erronée et violente résonnerait encore et encore dans la fiction de l'auteur, où les personnages trouveraient leur fin dans des termes erronés. Dans Feu pâle, par exemple, John Shade est confondu avec le roi de Zembla et est assassiné.

Nabokov avait une condition connue sous le nom de synesthésie, un mélange neurologique des sens dans lequel la perception d'un stimulus évoque une seconde perception. Un synesthète peut, par exemple, entendre des couleurs, voir des sons, goûter des sensations tactiles ou faire l'expérience de correspondances entre des nuances de couleurs, des tons de sons et des intensités de goûts. Ces expériences ne sont pas métaphoriques ou associatives, mais involontaires et cohérentes, et Nabokov a décrit des aspects de la condition dans plusieurs de ses œuvres. Dans ses mémoires, Opinions fortes il a noté que sa femme présentait également une synesthésie et que leur fils Dmitri partageait le trait, les couleurs qu'il associait à certaines lettres étant dans certains cas des mélanges des teintes de ses parents.

Nabokov a quitté l'Allemagne avec sa famille en 1937 pour Paris et en 1940 a fui l'avancée des troupes nazies allemandes aux États-Unis. C'est là qu'il a rencontré le critique Edmund Wilson, qui a présenté le travail de Nabokov aux éditeurs américains, ce qui a finalement conduit à sa reconnaissance internationale.

Nabokov est venu au Wellesley College dans le Massachusetts en 1941, fondant le département russe de Wellesley et servant de professeur résident en littérature comparée. Le poste a été créé spécialement pour lui, lui procurant un revenu, du temps libre pour écrire de manière créative et poursuivre ses intérêts scientifiques. Après une tournée de conférences à travers les États-Unis, Nabokov est retourné à Wellesley pour l'année universitaire 1944-1945 et a d'abord été conférencier en russe, puis en tant que seul département russe de Wellesley, proposant des cours de langue et de littérature russes. Ses cours étaient très populaires, tant par son style d'enseignement unique que par son intérêt pour la guerre en temps de guerre. Nabokov a quitté Wellesley en 1948 pour devenir président du département de littérature comparée de Cornell et en 1945, il est devenu un citoyen naturalisé des États-Unis.

Nabokov est ensuite revenu en Europe et a vécu de 1960 à la fin de sa vie à l'hôtel Montreux Palace à Montreux, en Suisse, où il est décédé en 1977. Son épouse Vera est décédée en 1991.

Littérature

Ses premiers écrits étaient en russe, composés de neuf romans courts, de quelques nouvelles, de deux pièces, de la poésie et de certains essais. De loin, sa plus grande distinction a été réalisée pour ses travaux en langue anglaise. Pour cet exploit, il a été comparé au ressortissant polonais Joseph Conrad, qui a composé uniquement en anglais et jamais en polonais. (Nabokov lui-même dédaignait la comparaison pour des raisons esthétiques, déclarant avec son espièglerie typique avec la langue: "Je diffère de Joseph Conradically.") Nabokov traduisit plusieurs de ses propres premières œuvres en anglais, parfois en coopération avec son fils Dmitri. Son éducation trilingue a eu une profonde influence sur son sens artistique. Il a métaphoriquement décrit la transition d'une langue à une autre comme le lent voyage de nuit d'un village à un autre avec seulement une bougie pour l'éclairage.

Nabokov est connu pour ses intrigues complexes, son jeu de mots intelligent et son utilisation de l'allitération. Ses complots sont tous uniques, bien que ses héros souffrent généralement d'une illusion ou d'un lien dont ils sont incapables de se libérer. Par exemple, Défense de Luzhin, qui témoigne également de l'amour de Nabokov pour les échecs, présente une structure parallèle entre un match d'échecs et le destin du héros. Invitation à une décapitation a des échos de Kafka Le procès. Cincinnatus attend l'exécution, apparemment pour être différent. Nabokov a gagné à la fois la renommée et la notoriété avec son roman Lolita (1955), qui raconte la passion consommée d'un adulte pour une fille de 12 ans. Ceci et ses autres romans, en particulier Feu pâle (1962), lui a valu une place parmi les grands romanciers du XXe siècle. Peut-être que son travail déterminant, qui a rencontré une réponse mitigée, est son plus long roman, Ada ou Ardour: une chronique de famille (1969). Il a consacré plus de temps à la construction de ce roman qu'aucun de ses autres.

La production littéraire de Nabokov est absente du genre de préoccupations morales ou philosophiques qui caractérisaient une grande partie de la fiction russe, mais se caractérise souvent par un jeu linguistique. La nouvelle "The Vane Sisters", par exemple, est célèbre en partie pour son dernier paragraphe acrostatique, dans lequel les premières lettres de chaque mot expriment un message fantomatique d'outre-tombe.

Critique

La stature de Nabokov en tant que critique littéraire est fondée sur sa traduction en quatre volumes et ses commentaires sur le roman épique russe d'Alexandre Pouchkine en vers, Eugene Onegin, ainsi que la publication de ses conférences en classe tirées de ses cours à Wellesley et Cornell, Conférences sur la littérature et Conférences sur la littérature russe.

Sa traduction de Eugene Onegin était au centre d’une polémique amère avec d’autres théoriciens de la traduction; il avait rendu le roman très précisément dosé et rimé en vers comme (de son propre aveu) prose trébuchante, non métrique, sans rime. Il a fait valoir que toutes les traductions de versets de Onegin fatalement trahi l'utilisation de la langue par l'auteur; Les critiques ont répondu que ne pas rendre la traduction aussi belle que l'original était une trahison bien plus grande.

Son commentaire s'est terminé par une annexe intitulée Notes sur la prosodie, qui a développé sa propre réputation. Cet essai découle d'une observation selon laquelle, bien que les tétramètres iambiques de Pouchkine aient fait partie de la littérature russe pendant une période assez courte de deux siècles, ils étaient clairement compris par les prosodistes russes. D'autre part, il considérait que les tétramètres anglais beaucoup plus anciens d'iambic étaient confus et mal documentés.

Nabokov Conférences sur la littérature révèlent sa forte opposition à la vision utilitariste de l'art qui s'était développée dans sa Russie natale par Belinsky et d'autres au XIXe siècle, qui a culminé dans le réalisme socialiste de la période soviétique. Il croyait fermement que les romans ne devaient pas viser à enseigner et que les lecteurs ne devaient pas seulement faire preuve d'empathie pour les personnages, mais qu'un plaisir «supérieur» devait être atteint, en partie en accordant une grande attention aux détails. Ses conférences se sont concentrées sur bon nombre de ces petits détails facilement négligés qui transmettent une grande partie du sens du texte. Il détestait le sentimentalisme et ce qu'il considérait comme des «idées générales» dans les romans. Lors de l'enseignement Ulysse, Par exemple, il insisterait pour que les élèves gardent un œil sur la position des personnages à Dublin (à l’aide d’une carte) plutôt que d’enseigner l’histoire complexe de l’Irlande, considérée par beaucoup de critiques comme essentielle à la compréhension du roman.

Ses essais sur les auteurs russes, en particulier Gogol, Tolstoï (qu'il a rencontré enfant) et Tchekhov, sont considérés parmi les meilleurs disponibles. Son amour pour l'attention réaliste portée aux détails par Tolstoï et le manque de sentimentalité de Tchekhov démontrent qu'il les percevait non seulement comme des objets de critique, mais également comme les progéniteurs littéraires de Nabokov.

Détracteurs

Les détracteurs de Nabokov lui reprochent d'être un esthète et d'attirer l'attention sur le langage et les détails plutôt que sur le développement du personnage. Dans son essai «Nabokov ou la nostalgie», Danilo Kiš a écrit que Nabokov est «un art magnifique, complexe et stérile».

Une récente bourse a révélé le fait que Nabokov mai avoir eu la cryptomnésie (une forme de plagiat involontaire ou inconscient) pendant qu'il composait son roman le plus célèbre, Lolita Il y a une nouvelle allemande intitulée "Lolita" sur un homme plus âgé obsédé par une jeune fille qui a été publiée en 1916. Nabokov vivait dans la même section de Berlin, en Allemagne, que l'auteur, qui a écrit en utilisant le pseudonyme Heinz von Lichberg,1et connaissait très probablement le travail de l'auteur, qui était largement disponible à l'époque en Allemagne.

Lépidoptère

Sa carrière de lépidoptériste, une personne qui étudie ou collectionne les papillons, se distingue également. Au cours d'une longue carrière de collectionneur, il n'a jamais appris à conduire une voiture et il dépendait de sa femme pour l'emmener à des sites de collecte. Dans les années 1940, il était responsable de l'organisation de la collection de papillons du Museum of Comparative Zoology de l'Université de Harvard. Ses écrits dans ce domaine étaient très techniques. Ceci, combiné avec sa spécialité dans la tribu relativement peu spectaculaire Polyommatini de la famille Lycaenidae, a laissé cette facette de sa vie peu explorée par la plupart des admirateurs de ses œuvres littéraires.

Le paléontologue et essayiste Stephen Jay Gould a parlé de la lépidoptère de Nabokov dans un essai réimprimé dans son livre. J'ai atterri.2 Gould note que Nabokov était parfois un scientifique "collant dans la boue"; par exemple, Nabokov n'a jamais accepté que la génétique ou le comptage des chromosomes puissent être un moyen valable de distinguer les espèces d'insectes. De nombreux fans de Nabokov ont essayé d'attribuer une valeur littéraire à ses articles scientifiques, note Gould. À l'inverse, d'autres ont affirmé que son travail scientifique a enrichi sa production littéraire. Gould a plutôt proposé que tous les deux provient de l'amour de Nabokov pour le détail, la contemplation et la symétrie.

Liste des oeuvres

Fiction

  • Dépositaire de textes électroniques de la bibliothèque Nabokov, de nombreux ouvrages mentionnés ci-dessous sont disponibles ici (pour une utilisation non commerciale et une présentation non publique uniquement)

Romans et romans

Romans et nouvelles écrits en russe
  • (1926) Mashen'ka (Машенька); Traduction anglaise: Marie (1970)
  • (1928) Korol 'Dama Valet (Король, дама, валет); Traduction anglaise: Roi, Reine, Knave (1968)
  • (1930) Zashchita Luzhina (Защита Лужина); Traduction anglaise: La défense de Luzhin ou La défense (1964) (également adapté au cinéma, La défense Luzhin, en 2001)
  • (1930) Sogliadatai (Соглядатай (Eavesdropper)), roman; première publication sous forme de livre 1938; Traduction anglaise: L'oeil (1965)
  • (1932) Podvig (Подвиг (Acte)); Traduction anglaise: Gloire (1971)
  • (1932) Kamera Obskura (Камера Обскура); Traductions en anglais: Chambre noire (1936), Rire dans le noir (1938)
  • (1936) Otchayanie (Отчаяние); Traduction anglaise: Désespoir (1937, 1966)
  • (1938) Priglasheniye na kazn ' (Приглашение на казнь (Invitation à une exécution)); Traduction anglaise: Invitation à une décapitation (1959)
  • (1938) Dar (Дар); Traduction anglaise: Le cadeau (1963)
  • (Novelle non publiée, écrite en 1939) Volshebnik (Волшебник); Traduction anglaise: L'enchanteur (1985)
Romans écrits en anglais
  • (1941) La vraie vie de Sebastian Knight
  • (1947) Bend Sinister
  • (1955) Lolita, auto-traduit en russe, (1965)
  • (1957) Pnin
  • (1962) Feu pâle
  • (1969) Ada ou Ardour: une chronique de famille
  • (1972) Choses transparentes
  • (1974) Regardez les arlequins!
  • (1977) L'original de Laura (Inachevé / non publié)

Collections de nouvelles

  • (1929) Vozvrashchenie Chorba ("Le retour de Chorb"). Quinze nouvelles et vingt-quatre poèmes, en russe, de «V. Sirin».
  • (1947) Neuf histoires
  • (1956) Vesna v Fial'te i drugie rasskazy ("Printemps à Fialta et autres histoires")
  • (1958) La douzaine de Nabokov: une collection de treize histoires (Également réimprimé comme Printemps à Fialta et Premier amour et autres histoires.)
  • (1966) Quatuor de Nabokov
  • (1968) Congrations de Nabokov; réimprimé comme Le portable Nabokov (1971)
  • (1973) Une beauté russe et d'autres histoires
  • (1975) Tyrans détruits et autres histoires
  • (1976) Détails d'un coucher de soleil et autres histoires
  • (1995) Les histoires de Vladimir Nabokov (titre alternatif Les histoires collectées) - collection complète de toutes les nouvelles

Drame

  • (1938) Izobretenie Val'sa (L'invention de la valse); traduction anglaise The Waltz Invention: une pièce en trois actes (1966)
  • (1974) Lolita: un scénario (Malgré les crédits donnés dans la version précédente du film, cela n'a pas été utilisé.)
  • (1984) L'homme de l'URSS et d'autres pièces

Poésie

  • (1916) Stikhi ("Poèmes"). Soixante-huit poèmes en russe.
  • (1918) Al'manakh: Dva Puti (An Almanac: Two Paths "). Douze poèmes de Nabokov et huit d'Andrei Balashov, en russe.
  • (1922) Grozd ("Le cluster"). Trente-six poèmes en russe de "V. Sirin".
  • (1923) Gornii Put ' ("Le chemin empyréen"). Cent vingt-huit poèmes en russe, de «Vl. Sirin».
  • (1929) Vozvrashchenie Chorba ("Le retour de Chorb"). Quinze nouvelles et vingt-quatre poèmes, en russe, de «V. Sirin».
  • (1952) Stikhotvoreniia 1929-1951 ("Poèmes 1929-1951") Quinze poèmes en russe.
  • (1959) Poèmes Le contenu a ensuite été incorporé dans Poèmes et problèmes.
  • (1971) Poèmes et problèmes (un recueil de problèmes de poésie et d'échecs) ISBN 0070457247
  • (1979) Stikhi ("Poèmes"). Deux cent vingt-deux poèmes en russe.

Traductions

Du français en russe
  • (1922) Nikolka Persik Traduction du roman de Romain Rolland Colas Breugnon.
De l'anglais vers le russe
  • (1923) Les aventures d'Alice au Pays des Merveilles (Аня в стране чудес)
Du russe vers l'anglais
  • (1945) Trois poètes russes: sélections de Pouchkine, Lermontov et Tyutchev. Édition britannique élargie: Pouchkine, Lermontov, Tyoutchev: Poèmes (1947)
  • (1958) Un héros de notre temps, par Mikhail Lermontov.
  • (1960) La campagne du chant d'Igor: une épopée du XIIe siècle
  • (1964) Eugene Onegin, par Alexander Pushkin, en prose. Comprend "Notes sur la prosodie". Edition révisée (1975).

Documentaires

Critique

  • (1944) Nikolai Gogol
  • (1963) Notes sur la prosodie (Paru plus tard dans Eugene Onegin)
  • (1980) Conférences sur la littérature
  • (1980) Conférences sur Ulysse, Fac-similés des notes de Nabokov.
  • (1981) Conférences sur la littérature russe
  • (1983) Conférences sur Don Quichotte

Autobiographique et autre

  • (1951) Preuve concluante: un mémoirepremière version de l'autobiographie de Nabokov. (Édition britannique intitulée Speak, Memory: un mémoire)
  • (1954) Drugie Berega (Другие берега, "Other Shores") - version révisée de l'autobiographie
  • (1967) Parler, mémoire: une autobiographie revisitéeversion finale révisée et étendue de Preuve concluante. Il comprend des informations sur son travail de lépidoptériste.
  • (1973) Opinions fortes. Entrevues, critiques, lettres aux rédacteurs.
  • (1979) Les lettres Nabokov-Wilson Lettres entre Nabokov et Edmund Wilson
  • (1984) Perepiska s Sestroi (Переписка с Сестрой (Correspondance avec la sœur)) Correspondance entre Nabokov et Helene Sikorski; comprend également quelques lettres à son frère Kirill
  • (1987) Carrousel. Trois textes courts récemment redécouverts.
  • (1989) Lettres sélectionnées

Lépidoptère

  • (2000) Papillons de Nabokov, Dmitri Nabokov (traducteur). collectionne des oeuvres sur des papillons. Livres Penguin, ISBN 0807085405

Travaux sur Nabokov

La biographie

La meilleure biographie est de loin la grande œuvre en deux volumes de Brian Boyd. Une collection de photographies complète cela.

  • Boyd, Brian. Vladimir Nabokov: Les années russes. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1990. ISBN 0691067945 (relié) 1997; Londres: Chatto & Windus, 1990. ISBN 0701137002
  • Boyd, Brian, Vladimir Nabokov: Les années américaines. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1993. ISBN 0691024715; Londres: Chatto & Windus, 1992. ISBN 0701137010
  • Proffer, Elendea, éd. Vladimir Nabokov: Une biographie illustrée. Ann Arbor, MI: Ardis, 1991. ISBN 0875010784 (une collection de photographies)

Œuvres de fiction

Court métrage télévisé de Peter Medak, Nabokov sur Kafka, (1989) est une dramatisation des conférences de Nabokov sur le livre de Franz Kafka La métamorphose. Le rôle de Nabokov est joué par Christopher Plummer.

Lépidoptère

  • Johnson, Kurt et Steve Coates. Le blues de Nabokov: l'odyssée scientifique d'un génie littéraire. New York: McGraw-Hill. ISBN 0071373306 (très accessible)
  • Sartori, Michel, éd. Les Papillons de Nabokov. Les papillons de Nabokov. Lausanne: Musée cantonal de Zoologie, 1993. ISBN 2970005107 (catalogue d'exposition principalement en anglais)
  • Zimmer, Dieter. Un guide sur les papillons et les papillons de nuit de Nabokov. Edition privée, 2001. ISBN 3000076093 (page Web)

Remarques

  1. ↑ Ron Rosenbaum, 18 avril 2004, New Lolita Scandal! Nabokov a-t-il souffert de cryptomnésie?Observer.com. Récupéré le 3 octobre 2008.
  2. ↑ Stephen Jay Gould. J'ai débarqué: la fin d'un début dans l'histoire naturelle. (Three Rivers Press, 2003. ISBN 1400048044)

Liens externes

tous les liens ont été récupérés le 18 décembre 2014.

  • Cornwell, Neil, Encyclopédie littéraire
  • Livres et auteurs. la biographie kirjasto.sci.fi.
  • Zembla-Un site Web Nabokov complet qui comprend une biographie concise.
  • Site Web de Nabokov Under Glass-A de l'exposition de la Bibliothèque publique de New York.
  • Examen de Papillons de Nabokov-Dans The Atlantic Monthly.
  • Nabokov sur le site de Moshkow - fiction, traductions, critiques, articles scientifiques et interviews de Nabokov (principalement en russe).
  • Vladimir Nabokov, lépidoptériste Court essai de S. Abbas Raza de 3 quarks par jour

Voir la vidéo: Apostrophes : Vladimir Nabokov invité de Bernard Pivot. Archive INA (Août 2020).

Pin
Send
Share
Send