Pin
Send
Share
Send


Nestorius, en grec, Νεστόριος (c. 386 - c. 451 CE) était archevêque de Constantinople du 10 avril 428 au 22 juin 431. Il est considéré comme le créateur de l'hérésie christologique connue sous le nom de nestorianisme, qui a émergé quand il a commencé à prêcher contre le titre Theotokos (en Grec, Θεοτόκος) ou Mère de Dieu, commence à être utilisé de la Vierge Marie. Il a distingué logos («Nature divine») et le Christ (le Fils, le Seigneur) comme union de la nature divine et de la nature humaine. Il a refusé d'attribuer les actes humains et les souffrances de Jésus à la nature divine, arguant que Dieu ne pouvait pas souffrir sur la croix, car Dieu est tout-puissant.

Son rival politique, Cyril, évêque d'Alexandrie, a utilisé le débat christologique pour inciter le pape Célestine I à condamner les enseignements de Nestorius et à le faire déclarer hérétique et déposé au concile d'Éphèse en 431. En 435, un édit de son ancien le patron, l'empereur Théodose II, exila Nestorius dans un monastère de la Grande Oasis d'Hibis et ordonna l'incendie de tous ses écrits. Nestorius a passé les dernières années de sa vie en Égypte. Le conflit théologique a conduit à une scission au sein de l'église et à la création d'églises nestoriennes distinctes qui ont prospéré au Moyen-Orient et en Asie centrale.

La vie

Nestorius est né à Germanicia, en Syrie Euphoratensis (aujourd'hui Maras dans le sud de la Turquie), 31 ans après Théodore de Mopsuestia, vers 381. Il était un élève de Théodore de Mopsuestia à Antioche, en Syrie, et vivait comme prêtre et moine à le monastère d'Euprepius près des murs d'Antioche quand il a été choisi par l'empereur Théodose II pour succéder à l'archevêque Sisinnius I de Constantinople (mort 428) comme patriarche de Constantinople. Nestorius avait une réputation d'ascétisme, d'orthodoxie et d'éloquence de ses sermons; et la popularité de la mémoire de saint Jean Chrysostome d'Antioche (patriarche 398-404) parmi le peuple de Constantinople peut avoir influencé l'empereur à choisir un autre évêque d'Antioche. Il a été consacré en avril 428.

Le Patriarcat de Constantinople était une position de grand honneur, mais elle exigeait une astuce politique (John Chrysostom a été démis de ses fonctions deux fois au cours de son mandat de six ans en tant que Patriarche, et est décédé la deuxième fois aux mains de ceux qui l'ont exilé). L'empereur Constantin I (272-337), dans une tentative désespérée de sauver l'Empire romain, avait déplacé la capitale à Constantinople. Les relations tendues entre l'Empire romain d'Orient, centré à Constantinople, et l'Empire romain d'Occident, centré à Rome, se reflétaient au sein de l'église à travers des différences théologiques (à l'est, l'Apocalypse de Daniel a été interprétée comme l'établissement d'un royaume millénaire avec Constantinople comme capitale), l'établissement de lignes de succession apostoliques rivales et le développement du concept de primauté. Le rival de Nestorius, Cyril, patriarche d'Alexandrie de 412 à 444, avait du mal à contrôler la communauté d'Antiochène en Égypte, et employa la stratégie de discréditer Nestorius, le patriarche de Constantinople, comme hérétique afin d'obtenir le soutien de l'Église romaine. contre lui.

Au début de son mandat à Constantinople, Nestorius avait promis à l'empereur Théodose II qu'il "libérerait (la terre) des hérétiques et je vous donnerai le paradis en retour; aidez-moi à détruire les hérétiques et je vous aiderai à détruire les Perses. " Il a immédiatement cherché à renforcer les lois contre les hérétiques, en ajoutant de nouvelles sanctions contre les Novatiens et Quarterdecimans en Asie, Lydie et Carie. Il s'opposa à Memnon, évêque d'Éphèse, en poursuivant les hérétiques dans les districts ecclésiastiques éphésiens; l'église d'Ephèse à cette époque avait perdu son soutien financier en raison de l'importance de l'église de Constantinople.

À la fin de 428, ou au début de 429, Nestorius a prêché le premier de ses célèbres sermons contre l'utilisation du mot Theotokos (Mère de Dieu) en référence à Marie, affirmant que «Mère du Christ» était appropriée à la place, et détaillant sa doctrine antiochienne de l'Incarnation. Les premiers à le critiquer furent Eusèbe (plus tard évêque de Dorylaeum et accusateur d'Eutyches), et deux prêtres, Philippe et Proclus, qui avaient tous deux été des candidats infructueux pour le patriarcat. Lors d'un synode convoqué à Alexandrie en août 430, Cyrille a conseillé au pape Célestine I de condamner les enseignements de Nestorius. Cyril a envoyé à Rome sa correspondance avec Nestorius, un recueil de sermons de Nestorius et une de ses nouvelles compositions, les cinq livres de "Contra Nestorium. "Ils ont été traduits en latin, et le pape a réuni le conseil coutumier, a condamné Nestoris de manière générale et l'a appelé à se rétracter dans les dix jours. Nestorius avait déjà convenu avec l'empereur Théodose II de réunir un conseil; il se précipita pour publier à convoquer avant la condamnation du pape Célestine I arrivé le 6 décembre 430.

Le conseil général de l'église a eu lieu à Ephèse, un siège spécial pour la vénération de Marie, où le theotokos formule était populaire. L'empereur a apporté son soutien à l'archevêque de Constantinople, tandis que le pape Célestine I était d'accord avec Cyrille. Cyril a pris en charge le Conseil d'Éphèse (431), ouvrant le débat avant l'arrivée du contingent d'Antioche attendu depuis longtemps. Nestorius lui-même a refusé d'y assister parce qu'il ne considérait pas que le concile était officiellement terminé sans la présence des évêques d'Antioche. Le conseil a destitué Nestorius et l'a déclaré hérétique. Selon les propres mots de Nestorius:

Quand les disciples de Cyril ont vu la véhémence de l'empereur… ils ont suscité un trouble et une discorde parmi le peuple avec un tollé, comme si l'empereur était opposé à Dieu; ils se sont levés contre les nobles et les chefs qui n'ont pas acquiescé à ce qu'ils avaient fait et ils couraient ici et là. Et… ils ont emmené avec eux ceux qui avaient été séparés et éloignés des monastères en raison de leur vie et de leurs manières étranges et avaient été pour cette raison expulsés, et tous ceux qui étaient de sectes hérétiques et possédaient du fanatisme et de la haine contre moi . Et une passion était en eux tous, Juifs et païens et toutes les sectes, et ils s'activaient à accepter sans examiner les choses qui se faisaient sans examen contre moi; et en même temps tous, même ceux qui avaient participé avec moi à table et dans la prière et dans la pensée, étaient d'accord… contre moi et juraient les uns contre les autres… En rien ils n'étaient divisés.

Au cours des mois suivants, 17 évêques qui soutenaient la doctrine de Nestorius furent retirés de leur siège et son principal partisan, Jean Ier, patriarche d'Antioche, succomba à la pression impériale vers le mois de mars 433 et abandonna Nestorius. Finalement, l'empereur Théodose II, qui avait soutenu Nestorius, s'inclina devant l'influence de sa sœur Pulcheria pour publier un édit impérial (3 août 435) qui condamna tous ses écrits à être brûlés, et exila Nestorius dans un monastère de la Grande Oasis de Hibis (al-Khargah), en Égypte, en sécurité dans le diocèse de Cyril.

Après la déportation vers la Grande Oasis (435-439), Nestorius a passé quelque temps à Panopolis sous la tutelle de Shenoute, qui avait assisté au Conseil d'Éphèse en tant que garde du corps en chef de Cyril. Une fois emporté par les Nubiens (et non les Blemmyes) lors d'un raid, il a été ramené à la Thébaïde avec sa main et une côte cassée. Il s'est rendu au gouverneur pour ne pas être accusé d'avoir fui. Nestorius est décédé peu de temps après le concile de Chalcédoine en 451, à Thébaïde, en Égypte.

Conséquences

Le conflit a conduit au schisme nestorien, séparant l'église assyrienne d'Orient de l'église byzantine. L'Église assyrienne de l'Est a refusé de laisser tomber son soutien à Nestorius et de le dénoncer comme hérétique, et il a continué à être appelé "Nestorien" en Occident, pour le distinguer des autres anciennes églises orientales. Cependant, l'Église assyrienne d'Orient ne considère pas sa doctrine comme véritablement nestorienne, mais enseigne plutôt l'idée que le Christ a deux qnome (essences) qui sont sans mélange et éternellement unis en un parsopa (personnalité). Nestorius est vénéré dans l'Église assyrienne d'Orient en tant que saint, le syriaque de «Saint Nestorius» étant Mar Nestorios.

Pensée et travaux

Les écrits de Nestorius étaient nombreux, mais parce qu'ils ont été brûlés partout où ils ont pu être trouvés, les fragments survivants sont principalement en syriaque ou intégrés dans les œuvres de ses adversaires. Bien que certaines des critiques de Cyril dénaturent les enseignements de Nestorius, les douze anathématismes il a rédigé pour la rétractation de Nestorius a donné une représentation assez précise des vues de Nestorius. Nestorius n'a pas renié ces propositions.

Nestorius a été influencé par la philosophie stoïcienne et par la théologie cappadocienne. Il n'a jamais considéré le Christ simplement comme un homme, mais a fait une distinction précise entre la nature divine (ousia) et personne (hypostase). Il a distingué logos («Nature divine»), et le Christ (le Fils, le Seigneur) comme union de la nature divine et de la nature humaine. Il a refusé d'attribuer les actes humains et les souffrances de Jésus à la nature divine, arguant que Dieu ne pouvait pas souffrir sur la croix, car Dieu est tout-puissant. Par conséquent, la partie humaine du Christ est morte sur la croix, mais pas le divin. Il a prêché contre l'utilisation du titre de «Mère de Dieu» (Theotokos) pour la Vierge Marie et ne l'appellerait que «Mère du Christ» (Christotokos). Dans ses sermons, il aurait soutenu que «la créature n'a pas donné naissance à l'incréable», «la Parole est venue, mais n'est pas née d'elle», et «je ne dis pas que Dieu a deux ou trois mois . " Au lieu de Theotokos, Nestorius a suggéré l'utilisation du terme Christotokos ("Portant le Christ").

Cyril, qui s'est opposé à ses vues, a soutenu que Nestorius nie en fait la réalité de l'Incarnation en faisant de Jésus-Christ deux personnes différentes (une humaine, une divine) partageant un seul corps.

Après 1500 ans de stigmatisation hérétique, un livre écrit par Nestorius, le Bazar des Heracleides, a été découvert en 1895, écrit vers la fin de sa vie, dans lequel il nie explicitement l'hérésie pour laquelle il a été condamné, affirmant à la place du Christ "le même est double", une expression que certains considèrent comme similaire à la formulation de la Conseil de Chalcédoine. Les écrits antérieurs de Nestorius, cependant, y compris sa lettre écrite en réponse aux accusations de Cyril contre lui, contiennent des éléments qui semblent étayer les accusations qu'il jugeait selon lesquelles Christ avait deux personnalités. La question de savoir si Nestorius était réellement un Nestorien est toujours un sujet de débat.

Les références

  • Baum, Wilhelm et Dietmar W. Winkler. L'église de l'Est: une histoire concise. Londres: Routledge, 2003. ISBN 0415297702
  • Gregory, Timothy E. Vox Populi: opinion populaire et violence dans les controverses religieuses du Ve siècle de notre ère. Columbus, OH: Ohio State University Press, 1979. ISBN 0814202918
  • Griggs, C. Wilfred. Le christianisme égyptien primitif de ses origines à 451 de notre ère. Nouvelle édition, 2000. Leiden: Brill Academic Publishers. ISBN 9004119264
  • Haussig, H. W. Une histoire de la civilisation byzantine. Traduit par J. M. Hussey. Londres: Thames et Hudson, 1966.
  • McGuckin, John Anthony. Saint Cyrille d'Alexandrie: la controverse christologique. Crestwood, NY: St. Vladimir's Seminary Press, 2004. ISBN 0881412597
  • Meinardus, Otto. Oriens Christianus, Vol. 51, «Les Nestoriens en Égypte», 1967.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 16 novembre 2018.

  • Nestorius et Nestorianisme - Nouvelle Encyclopédie catholique de l'Avent
  • Nestorianisme, Nestorius

Pin
Send
Share
Send